Soirée de lancement

Discours de Laure Mayoud

Bonsoir à tous,

Je voudrais tout d’abord vous remercier chaleureusement toute l’équipe de la taverne de Gutenberg et plus particulièrement Maïa, Henri, Pierre pour nous accueillir tous chez vous et d’avoir organiser cette soirée avec nous.

Merci à vous, les amis et les amis de vos amis de vous être déplacés ce soir et d’avoir pris le temps pour nous écouter avec nos partenaires de cœur.

Merci à vous, Jacqueline, Fabienne, Fred et Pierre, membres du bureau de me faire confiance dans cette belle aventure humaine.

Merci à Charline, qui a fait un travail remarquable pour que cette soirée puisse se réaliser.

Je vais vous raconter l’histoire de notre jeune association.

Avant de débuter cette histoire, je voudrais enlever l’étiquette qui est fréquemment posée sur le mot « beauté ». La beauté ne se réduit pas à la notion d’esthétique.

William Shakespeare dans sa pièce Macbeth (acte 1 scène 1) : les 3 sorcières disent : « le beau est affreux et l’affreux est beau. ». François Cheng la définit dans son livre « 5 méditations sur la beauté » comme : « la forme sensible de la vérité (…) un désir qui jaillit de l’intérieur des êtres (…) se manifeste comme présence rayonnante, laquelle incite à l’acquiescement, à l’interaction, à la transfiguration. »

L’expérience de la beauté pourrait se percevoir comme la révélation de la justesse humaine créant une harmonie singulière entre la psyché et le soma. Ce vécu unique est en écho avec l’empathie esthétique de chaque personne. Pierre Lemarquis l’explique clairement dans son livre « l’empathie esthétique entre Mozart et Michel Ange ». Il la définit comme « le ressenti de l’intérieur. »

 D’où l’empathie esthétique est fondamentale dans le processus de soin

En tant que psychologue, je travaille au point écoute dans le service de l’espace santé à l’Ucly, un espace d’écoute, de parole pour les étudiants qui, à un moment de leur vie universitaire ou personnelle témoignent d’une fragilité psychologique causée par des désordres intimes.

Je suis au chevet de leur souffrance mais aussi au chevet de leurs rêves.

Depuis plusieurs années, je propose des prescriptions culturelles aux étudiants qui viennent me voir. En quoi cela consiste ?

Déjà c’est un mot d’esprit, un jeu de mots qui fait à chaque fois sourire les étudiants.

En fonction de l’intensité de la souffrance, je vais ou non les proposer. En écoutant l’empathie esthétique de chaque étudiant (cad les gouts de chacun, la madeleine de Proust de chaque personne), je peux leur lire en séance un poème de Paul Eluard « Je ne suis pas seul », de Paul Éluard : »pleures : les larmes sont les pétales de ton cœur. », le sonnet 30 de Shakespeare, une citation philosophique, un livre « comme dira Montaigne »le livre est un remède, avec un livre on est en compagnie,  par ex le chap. 21 du petit prince », « le gaucher boiteux » de M Serres, une sortie au théâtre, et parfois juste d’aller savourer un endroit dans la nature qui les inspire. Hippocrate dit : « la nature est le premier médecin de l’homme. »

Je leur propose à la fin de la séance de leur écrire sur un flyer sans posologie précise, c’est l’étudiant qui est libre de l’utiliser ou non comme il le souhaite. Un jour, une étudiante me dira : « j’ai mis le poème « et un sourire » de Paul Eluard dans ma cuisine, et tous les matins avant de partir à l’université, je le lis car il me fait du bien. « 

A la séance d’après, espacées dans le temps, ils me disent souvent qu’elle leur a permis de comprendre, de se représenter plus clairement, de prendre de la hauteur sur leur douleur. Être en compagnie de Camus, de Jankélévitch, Nietzche, Simone Veil, Valère Novarina, cela leur permet de cicatriser certaines de   leurs blessures psychiques. Ainsi, par leur regard plus clair sur le monde, ils sont plus en mesure de voir plus des moments extraordinaires dans leur vie quotidienne. A leur retour, ils me proposent leurs prescriptions culturelles que j’écris sur un carnet. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a une augmentation des étudiants avec une diminution de séances, là vous percevez la fonction préventive de ce travail.

Les prescriptions culturelles sont des invitations à la contemplation de la beauté souvent à côté de soi. Nietzsche écrit : « la contemplation libère la pensée. » j’ajouterai elle libère notre corps, nos neurotransmetteurs comme le dit si bien Pierre Lemarquis et active nos neurones miroirs comme l’a découvert Rizzolatti. De plus, c’est en prenant le temps de contempler que nous animons ou réanimons notre capacité de rêverie. O Wilde écrivait : « la sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre quand on les poursuit. ».

Devant ces encouragements de leur part à continuer à soigner de cette manière, je désirai poursuivre et approfondir cette réflexion : la rencontre avec la beauté aide à mieux vivre et pourquoi pas cicatriser des blessures psychiques avec des PC. C’est une autre proposition thérapeutique parmi d’autres sérieuses comme l’art-thérapie.

Je voulais approfondir ce projet de recherche avec d’autres chercheurs dans le domaine scientifique et artistique sur cette question : de quelle manière la beauté, distillée entre autres par la culture, aide-t-elle à prendre soin des personnes et plus particulièrement de celles fragilisées par une souffrance somatique et/ou psychique causées par des désordres familiaux, sociaux, culturels, médicaux, économiques ?

Cette année, J’ai proposé et organisé avec la chaire Unesco et le vice-rectorat de la vie étudiante de l’Ucly un colloque que j’ai intitulé « l’invitation à la beauté ». Ce fut un réel succès car l’invitation de chercheurs, d’artistes de divers horizons par une mise en conversation a permis de s’interroger et d’élaborer ensemble des fils de pensée afin de trouver des interstices de possibles en tant que soignants, enseignants, éducateurs, artistes étudiants. Par l’opportunité de cette journée, nous avons souligné ensemble les effets cathartiques de la rencontre avec la beauté au niveau collectif et singulier.

Prenant conscience des perspectives encourageantes de ce projet de recherche autour de la beauté dans une fonction préventive et cathartique, j’ai décidé de créer cette association à but non lucratif. J’ai proposé à des personnes sérieuses et chaleureuses convaincus des bienfaits de la beauté de travailler ensemble sur ces axes de recherche dans la recherche fondamentale et la recherche appliquée.

Avec eux, nous organisons un deuxième temps du colloque « l’invitation à la beauté » qui se déroulera sur 3 jours le 11-12-13 janvier 2019 afin d’approfondir l’axe de recherche de notre association dans les champs sanitaire, social et culturel, essentiellement sur le territoire de St Genis Laval en partenariat avec la faculté de médecine et de maïeutique Lyon Sud, l’hôpital Lyon Sud. Ce partenariat a tout son sens car il permettra de sensibiliser les étudiants à d’autres soins possibles (la thérapie par la beauté), contribuer à la dynamique innovante du service public hospitalier, proposer au personnel soignant d’autres moyens thérapeutiques, participer à l’amélioration du bien-être singulier et collectif.

Le sens de notre partenariat également avec le théâtre la mouche, déjà partenaire au premier colloque et la médiathèque B612, est de continuer à créer des ponts entre les institutions de culture et de soin afin de mettre en pratique la santé par la beauté culturelle (par ex avec les prescriptions culturelles), poursuivre les mises en conversation entre les institutions culturelles et de formation (universités, écoles, instituts …) afin d’œuvrer à sensibiliser la jeunesse actuelle à s’y rendre davantage et cultiver l’appétit culturel permettant ainsi de faire soin en chacun de nous. Cette collaboration permettra de continuer à favoriser la cohésion sociale grâce à la participation collective, diversifiée et complémentaire de chacun.

Notre association a comme souhait de se déplacer, une opportunité d’affiner nos hypothèses de recherche dans différents lieux de formation en France et ailleurs.

Des chercheurs déjà invités au premier colloque continuent l’aventure avec nous dans le domaine scientifique et artistique avec notre président Pierre Lemarquis, Claire Brun, Joel Clerget, Dolorès Marat, Stefan Cassar…

Jean-Marie Exbrayat (directeur du laboratoire de biologie générale de la faculté des Sciences de l’Ucly, directeur d’études à l’école pratique des hautes études) nous rejoint pour le prochain colloque. Ainsi, le comité scientifique s’agrandit avec des chercheurs prestigieux, empathiques dans une démarche éthique avec Doudou Diène, les tg STAN, Valère Novarina, Jacques Bonnaffé, Marc Halevy, pierre Bassery, Big ben, benjamin Loyauté, Abraham Poincheval, Thaïva Ouaki, olivier Maurin, vous pouvez le voir plus en détail dans le préprogramme que nous vous avons donné à l’entrée.

Pour l’instant, Les processus de soin par la beauté que j’ai pu identifier se déclinent en plusieurs fonctions : fonction vitale, fonction de déplacement, fonction de soutien, fonction d’exutoire, fonction d’épuration, fonction régénératrice qui crée un état de légèreté, fonction d’ouverture et de partage, fonction de transformation et de sublimation et une fonction de liberté.

En conclusion, lorsque nous rencontrons la beauté, elle nous invite par ses multiples formes, à prendre suffisamment soin de nous et des autres. Ces moments vécus saisissants cultivent le réveil de la vie en soi et la résonance de nos cœurs, essentielle pour enrichir nos liens sociaux. Paul Eluard écrit : « Un cœur n’est juste que s’il bat au rythme des autres cœurs. »

Alors, continuons ensemble à ouvrir le monde grâce à l’empathie esthétique.

Merci pour votre écoute et je passe la parole à notre brillante secrétaire-adjointe Jacqueline.

Discours de Laure Mayoud, la fondatrice et vice-présidente de l’association « L’invitation à la beauté »

>> Lire plus
Conférence à Vourles

Conférence de Laure MAYOUD, Jacqueline ESSIOMLEY et Armelle d’EYSSAUTIER aux « Lecture

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin