Menu Fermer

La beauté nous soigne

Agnès b. invite l’association “L’invitation à la beauté” à la boutique de Marseille en fin juin 2021 et à l’automne à Lyon.

Ce sera l’occasion de vous présenter une partie de leurs prescriptrices artistiques avec Dolorès Marat et Valentine.

Ce partenariat de cœur souligne que la beauté n’est pas artificielle mais toujours essentielle.

Aussi, après le confinement et pour l’année prochaine, vous pourrez venir contempler ces expositions tendres et inspirantes à Lyon et Marseille!

Ces expositions seront l’occasion de vous offrir un aperçu de la mise en scène d’une artothèque en synergie avec une poéthèque proposées à l’hôpital aux patients dans leur chambre le temps de leur séjour.

Voici une lettre écrite par Agnès Piessat

Le rêve est la porte ouverte au plus grand impossible …

Les émotions, ces petites fenêtres de l’Âme qui s’ouvrent sur la liberté d’expression, lorsqu’elles
vous cueillent dans le couloir de l’hôpital dans lequel vous entrez pour un temps déterminé, cela
devient une fenêtre sur l’évasion…
J’ai dû être hospitalisée deux fois à quelques mois d’écart ; la première hospitalisation m’a permis
de découvrir la force de l’art dans l’arsenal thérapeutique, cet effet puissant qu’il a de nous faire
sortir de notre maladie pour s’ouvrir aux autres, et notamment au personnel soignant. Il favorise
les échanges et nous fait oublier la lourdeur des soins pour se pencher sur des choses plus
agréables et surtout inoubliables ; en effet comment oublier Buster Keaton de BIGBEN, qui a
suscité tant de réactions, et fait naître autant d’échanges ? Comment oublier ce « Monkey de la
forêt d’émeraude » de ZORM, qui avec son sourire et son regard rieur interpellait tellement ???
Lors de ma seconde hospitalisation, Covid oblige, le service avait été transféré dans une autre
unité de soins, mais les œuvres n’avaient, bien entendu, pas pu suivre ; j’étais au rez de chaussé,
dans une grande chambre avec (heureusement) une fenêtre ouvrant sur un talus rocheux, avec un
arbre. Et bien que très fatiguée, j’ai ressenti au bout de deux jours un manque qui n’a fait que
s’amplifier au fil des jours ; il n’y avait comme art, que cette fenêtre ouverte sur une nature qui
semblait ne pas émouvoir le personnel, car trop « connu et faisant partie du décors » ; Une
femme, médecin de garde, a été la seule à voir que je m’emplissais les yeux de ce décors, que je
m’émerveillais devant le merle faisant sa cour à la merlette, devant le lézard prenant le soleil sur
une des racines de l’arbre , devant les écureuils qui courraient le long du tronc ; et en discutant,
elle m’a dit que certains soirs, on pouvait entendre une chouette hululer tout près ; J’ai eu beau
tendre l’oreille les soirs, je n’ai jamais en tendu l’oiseau de nuit. Mais pour me permettre de
profiter calmement de ce que m’offrais le printemps, j’avais comme évasion artistique la musique
dans mon casque, à longueur de journée.
Les échanges avec le personnel soignant n’ont pas été mauvais loin s’en faut ; mais ils se sont
résumés au simple niveau professionnel ; et il me semblait très difficile de m’évader comme j’avais
pu le faire lors de mon premier séjour. De plus n’ayant pas droit aux visites, seule la musique
pouvait m’accompagner.
Ce que nous apporte l’art dans un établissement hospitalier, c’est le pouvoir d’échanger, de
découvrir, et même de se réconcilier avec des périodes de son passé. Mais c’est surtout la
possibilité de tisser des liens plus forts, plus intimes avec le personnel soignant ; ces liens et ces
échanges sont apaisants, réconfortants ; ils nous aident à nous reconstruire en nous donnant le
sentiment d’être autre chose qu’un patient qui n’est là que pour recevoir des soins. Ils nous font
participer à une vie dont nous sommes coupés. Ils nous soignent le moral. C’est pourquoi il est
important d’accueillir l’art dans les établissements hospitaliers.
Mais comme je le disais, l’art est également une porte ouverte vers l’évasion, le rêve … Le plus
grand imaginaire !

Qui n’a pas rêvé de s’envoler avec les oiseaux de Folon ? qui n’a pas rêvé de prendre la place de
Moogli avec Baloo et Baghéra en lisant le conte de Kipling ? Qui n’a pas rêvé de se promener dans
les tableaux de Monet ? Quant à la musique, elle a un pouvoir de nous emmener dans tous les
coins du globe, y compris au fin fond du ciel ; situations totalement impossibles ; et pourtant,
tellement apaisantes et libératrices ;
Les Artistes, dont l’imaginaire est la source d’inspiration, sont des personnes qui soignent parfois
sans le savoir. Ils nous permettent de nous projeter dans leurs œuvres, et nous laissent la libre
interprétation de celles-ci. Ils nous ouvrent une porte vers l’imaginaire, le rêve, l’absolu idéal ;
Même les meilleurs médicaments n’ont pas ce pouvoir ! Alors, les artistes qui ont acceptés de
faire partie de cette grande aventure qu’est cette superbe association « l’Invitation à la Beauté »,
sont des médecins malgré eux.
Merci à eux de donner le produit de leur imagination pour nous permettre de nourrir la nôtre, et
nous apporter ce bien-être salvateur ;
Merci à toi, Laure d’avoir eu cette formidable idée, et surtout d’avoir cette force de persuasion ;
Merci au professeur Dubreuil d’avoir fait entrer l’art dans son service à Lyon Sud, ainsi que tous les
« Patrons » qui ont acceptés d’ouvrir l’artothèque dans leur service ;
Merci à tous les membres de l’association de nous soutenir et de défendre la puissance de l’art au
service de la santé avec autant de ferveur.

L’esprit humain a une grande affinité pour le rêve qui le conduit sans effort vers
des pays enchanteurs…

Erasme (L’éloge de la folie)

Nous avons également le projet d’une nouvelle artothèque et une poéthèque à l’hôpital mère-enfant de Lyon.

Articles associés